immobilier lauragais

La crise sanitaire a-t-elle un impact sur le marché Immobilier?

La crise sanitaire a-t-elle un impact sur le marché Immobilier?

Extrait de mon interview au journal la Voix du Midi

La pandémie de coronavirus, la période de confinement et les mesures sanitaires ont-elles eu des incidences sur le marché de l’immobilier dans le Lauragais ? Si pendant deux mois le volume de ventes a dégringolé, l’activité n’a pas été totalement à l’arrêt pour autant.Alain Artico, agent indépendant chez Capifrance dans le Lauragais, dresse un état des lieux du marché de l’immobilier dans le Lauragais dans le contexte actuel de crise sanitaire du Covid-19.Des ventes annulées en début de crise...Avec la crise sanitaire, le marché de l’immobilier a connu une activité en dents de scie. « Quelques ventes ont été annulées au tout début du confinement », lance Alain Artico. Mais pas de quoi inquiéter l’agent immobilier : « Depuis le déconfinement, il y a beau-coup de demandes mais c’est le simple retour des choses. On compense, si l’on peut dire cela, les deux mois perdus. Mais nous savons bien que nous ne les rattraperons pas en totalité. »... et des clients pressés au déconfinement Et s’il reste confiant, c’est parce qu’il sait que le Lauragais reste un secteur très porteur de par sa proximité avec Toulouse, la Ville rose aux multiples emplois, aux grandes usines et aux écoles réputées.Dans la région, on observe une augmentation régulière de la population. Et dans le Lauragais, les prix restent très attractifs. L’agent immobilier note ainsi un petit emballement de l’activité depuis la sortie du confinement : « Les clients qui déménagement veulent être chez eux pour la rentrée scolaire. En temps normal, on prend plus le temps. On commence ce genre de ventes en mars-avril-mai. Alors que là, les clients sont pressés par le temps. Nous avons eu beaucoup d’appels et de vi-sites depuis le déconfinement. On ne va peut-être pas faire la même année que 2019 – qui a été très belle – mais je reste tout de même assez confiant. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’il y aura une incidence. Les notaires parlent d’un perte de 20 %. Mais la vraie évolution, nous la verrons en septembre. »et les prix ?En matière de prix, là aussi, pas d’incidence notable à souligner. Les prix n’ont ni explosé, ni chuté. Et le phénomène « mai-son avec jardin post confine-ment » ne se fait pas vraiment ressentir... Pour Alain Artico, la bonne nouvelle, c’est que les banques ont l’air de vouloir ai-der leurs clients à investir dans la pierre : « Les prix résistent et on sent que les banques ont envie d’aider leurs clients. Les taux étaient en légère augmentation en avril – mai mais on constate que cela rbaisse un peu sur le mois de juin. Je ne pense pas qu’on subisse la même crise qu’en 2008 mais il y aura tout de même des conséquences. Cependant, l’immobilier a tou-jours été une valeur refuge. »Un virage tourné vers le numériqueAlain Artico n’est pas réticent aux nouveaux outils numériques. Loin de là... Le fait d’avoir déjà amorcé ce virage un peu avant la pandémie de coronavirus, a été bénéfique pour lui : « Pendant le confinement, j’ai fait pas mal de visites virtuelles et grâce au numérique, j’ai pu signer deux compromis à distance pour des ventes qui étaient prévues avant le coronavirus. »Le conseiller immobilier 2.0 n’a fait que valider l’importance de ces nouvelles méthodes s’appuyant sur le numérique. Pendant le confinement, il a notamment pris le temps de créer un blog (www.immobilier-lauragais.com/) sur l’immobilier en Lauragais dans lequel il distille ses trucs et astuces, conseils, idées « lifestyle »....Il vante aussi les bienfaits des visites virtuelles, synonymes de gain de temps pour une première approche : « On est dans cette génération-là. On change d’ère, il n’y a qu’à voir avec le phénomène du télétravail. Pour les visites virtuelles, par exemple, c’est pareil : on gagne du temps dans la sélection du bien et on confirme ensuite sur place. Il en va de même avec la signature électronique. C’est toujours plus facile quand on peut limiter les déplacements. »Des nouvelles méthodes et outils de travail vers lesquelles se tournent de plus en plus en plus de professionnels de l’immobilier.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article