immobilier lauragais

Quelles sont les tendances en matière de prix dans le Lauragais ?

Quelles sont les tendances en matière de prix dans le Lauragais ?

L’année avait mal commencé. L’arrivée de l’épidémie de coronavirus et l’instauration du confinement à la fin du mois de mars s’était traduit, comme partout ailleurs, par un gros coup d’arrêt pour le marché de l’immobilier dans le Lauragais.
Mais l’activité a repris de plus belle dès les premiers jours du déconfinement avant de retrouver progressivement des standards plus habituels depuis la rentrée de septembre.
« Une période d’euphorie à la sortie du confinement »
« Le marché s’était mis en pause entre mars et mai. Mais dès la sortie du confinement, il est devenu très dynamique au point que l’on a quasiment rattrapé le retard qui avait été enregistré jusque-là. Même si l’on était revenu à des tendances un peu plus normales depuis la rentrée de septembre », confie Alain Artico, agent immobilier Capi France dans le Lauragais.
Un constat que partage Pascal Rouchy, patron du cabinet RP courtage dont l’une des agences est basée à Castelnaudary. « Il y a eu clairement une période d’euphorie à la sortie du confinement et cela dès le mois de mai. Mais depuis septembre, c’est moins bien… Le niveau d’activité semble même en légère baisse par rapport à l’an dernier », note le courtier en prêts immobilier.
Pourquoi cet engouement pour la pierre ?
Pour les deux professionnels de l’immobilier, plusieurs raisons expliquent cet engouement pour la pierre observé dans le Lauragais dès la sortie du confinement. « L’immobilier reste un marché refuge en période de crise. Certains ont peut-être voulu casser leurs livrets d’épargne pour privilégier ce placement », note tout d’abord Alain Artico.
Pascal Rouchy avance aussi des effets directement liés au confinement :
"Beaucoup de personnes qui ont passé le confinement dans des appartements et n'ont pas été impactés économiquement par la crise, ont eu le désir de sortir des grandes villes pour acquérir une maison avec jardin ou du terrain. Il y a eu un vrai engouement pour la campagne dont a profité le Lauragais qui a été hyper coté cet été en raison de la qualité de vie qu'on peut y trouver."

Avec plusieurs exemples en tête, Alain Artico confirme avoir observé cette même tendance chez sa clientèle :
"Je dirais que 10 à 20% de ma clientèle est concernée. J'ai eu des demandes de personnes souhaitant partir de la ville à la suite du confinement. J'ai en tête le cas de figure d'un couple qui habitait le quartier de Saint-Cyprien à Toulouse et à qui j'ai vendu une maison dans le petit village de Montmaur dans le Lauragais audois. Cette clientèle recherche des maisons avec un espace extérieur, un environnement calme... Et cette volonté pour certains de s'éloigner de la ville s'est aussi accélérée du fait d'un recours au télétravail qui s'est souvent généralisé avec cette crise. Parmi les critères des personnes en recherche de biens, on retrouve de plus en plus la question de la connexion à Internet."
Des biens qui partent parfois en quelques jours
Parmi les biens qui sont actuellement les plus recherchés dans le Lauragais, on trouve sans grande surprise la maison T4-T5 avec espace extérieur. Alain Artico avance quelques tendances en termes de prix :
"La fourchette pour ce type de bien varie de 220 000 à 300 000 € en fonction de la localisation et des prestations. Quand l'on est sur un bien qui assure un peu plus d'isolement que dans un lotissement ou qu'il y a un grand terrain, on monte même au-delà de 300 000 €. Il y a aussi des biens en dessous de cette fourchette avec souvent quelques travaux. De façon générale, la demande étant assez importante dans le Lauragais, certains biens trouvent preneur assez rapidement. Une maison de 90 m2 avec jardin dans le centre de Villefranche-de-lauragais peut partir en trois jours."

Quelles communes ont la cote ?
Quant aux communes du Lauragais particulièrement prisées par les futurs acquéreurs, on retrouve, selon l’agent immobilier Capifrance, quelques valeurs sûres comme Villefranche-de-Lauragais, Montgiscard ou Ayguesvives :
"Les gens recherchent des biens à proximité de l'autoroute pour être en 20 - 25 minutes à Toulouse. Villefranche-de-Lauragais est aussi très bien cotée en raison de la présence de la gare. Et puis les communes souvent ciblées, ce sont forcément celles où l'on trouve écoles, crèches, collèges, lycée..."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article